Tracteurs et tractages

En cette période où l’AUT milite en faveur d’un plan de mobilisation, examinons le sujet des tracteurs. Précisons d’abord qu’il ne s’agit pas ici de promouvoir ce mode de transport rural lent, chaotique et fort peu commode avec son unique place assise et ses places debout très acrobatiques, mais de tout autre chose. En ces temps rudes pour les usagers, des tracts (du vieux français tractate signifiant traité, cela pour dire qu’on y traite de sujets sérieux) leur sont distribués ; ceux qui les distribuent sont des tracteurs : avez-vous un autre mot pour les désigner ? Et ces gens tractent (du verbe tracter), claironnant leurs slogans sans avoir le trac, au risque d’être soumis à la traque des représentants de l’ordre. Les destinataires du tract sont appelés les tractés, parmi lesquels il arrive (rarement) que se trouvent des contradicteurs qu’on appelle des détracteurs.

Comment désigner l’action de tracter ? Ce n’est pas la traction (électrique ou diesel, qui parfois se détraque), encore que les tracteurs contribuent à créer l’attraction dans les gares et autres lieux. Ce n’est pas non plus la tractation, qui a sa place durant les négociations. C’est le tractage. Quand aux tractés, ils se retrouvent par le fait ébranlés, ou mieux mobilisés, du moins on l’espère, et parfois même transportés (de joie) en nous voyant sensibles à leur tracas, sauf certains qui préfèrent résister à l’attraction des mots.

Bon, j’espère que ce petit texte vous aura décontracté.

Daniel Faure

jeudi 5 novembre 2009

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.